Accueil > Ressources

Atelier Ecriture et analyse des pratiques innovantes avec Georgia Makhlouf

Erreur Shortcode Formulaire Contact: Formulaire 3 n'existe pas

Atelier d’initiation pour les enseignants et cadres de l’USJ animé par Georgia Makhlouf

Vendredi 24 février 2012, 9h à16h 30

A la Faculté des sciences de l’éducation, 7ème étage, Campus des sciences humaines, Rue de Damas

—-

Ecrire l'expérience : Vers la reconnaissance des pratiques professionnelles

Notes de S. Bazan prises pendant l’atelier :

GM cite une source : Ouvrage de Mireille Cifali et Alain André :  Ecrire l’expérience

ECRIRE

  • Modèle vocationnel de l’écriture
  • Ecriture scientifique – fonctionnelle

Pour écrire et faire écrire, 2 choses : Le poétique (émotionnel) et le poïétique (technique).

Ecrire / partager / réécrire : Constitution du savoir / Transmission du savoir.

L’écriture des pratiques se situe dans le modèle d’apprentissage socio-constructiviste.

Ecrire, c’est s’autoriser à. Ecrire, c’est être dans le non-savoir (Ecrire sur ce qu’on ne sait pas). Ce n’est pas parce qu’on a une pensée qu’on écrit, mais l’inverse (Aragon). En écriture, il faut spécifier son contrat de communication (contrat de lecture :

  • Qui écrit ?
  • A qui ?
  • Dans quel contexte ?
  • Quel contenu ?
Autre référence : Martin Winckler -La vacation - Extraits distribués : La maladie de Sachs

 

 

 

Le Laboratoire de pédagogie universitaire organise un atelier d’initiation à l’Ecriture et analyse des pratiques innovantes.

L’idée de cet atelier est née lors de la rencontre autour de la Mutualisation des pratiques innovantes à l’USJ, organisée par le LPU en février 2011, pour les enseignants et cadres de l’Université. On s’était alors rendu compte que beaucoup d’enseignants mettaient en œuvre des pratiques innovantes, utiles à développer et à diffuser, mais avaient du mal à les expliciter, à les écrire et à les analyser. Cette absence de traces écrites empêchant leur capitalisation et leur mutualisation.

Inscription :

 

Philosophie de la démarche :

 

Ecrire met en mouvement la pensée, car on pense à partir de ce que l’on écrit et non l’inverse.

Ecrire permet de donner à voir (des situations, des acteurs, des manières singulières d’être et de faire, des points de vue…) et donc de communiquer, c’est-à-dire de mettre en commun.

La démarche proposée s’appuie sur la pédagogie spécifique de l’atelier d’écriture qui est tout à la fois :

  • pragmatique : elle vise l’acquisition de compétences et surtout leur appropriation de façon directement opérationnelle pour chacun ;
  • participative : elle prend en compte les questionnements, les difficultés, les attentes et les expériences préalables des participants ;
  • active : elle fait alterner des temps d’écriture et de réflexion personnelle avec des temps de recherche et de mise en commun en groupe ; elle articule des apports théoriques et méthodologiques et des applications pratiques ;
  • réflexive : elle amène chacun, par le biais de l’écriture, à prendre de la distance avec sa pratique et à pouvoir l’interroger pour en tirer tous les enseignements qu’elle contient ;
  • collective : l’atelier est un lieu qui permet de valoriser les différences mais aussi de créer une culture commune, de développer le sens de l’écoute et le plaisir à travailler ensemble, et de mobiliser en vue d’un projet commun. L’atelier favorise ainsi des dynamiques d’émulation.

Objectifs :

A l’issue de la formation, les participants seront capables de :

  • dégager les compétences acquises au travers de leurs expériences sur le terrain ; écrire permet ainsi un véritable processus de légitimation, de validation des acquis de l’expérience ;
  • analyser leur pratique dans sa complexité, à partir des situations concrètes rencontrées : savoirs théoriques, savoirs d’expérience, valeurs, convictions, etc.
  • reconnaître le caractère singulier et novateur des savoir-faire et savoir-être développés ; et à partir de cette prise de conscience, être capables de les renouveler et de les enrichir ;
  • transmettre leurs compétences et au travers de cette transmission, construire et affirmer leur identité professionnelle.

 Organisation :

  • Une journée qui pose les bases du processus de travail, amorce la réflexion autour de la notion d’innovation et ses implications, propose des pistes d’écriture et de mise en forme des expériences, engage le travail d’écriture ;
  • un temps d’écriture individuel et d’échanges par Internet entre les participants et sous la supervision de l’animateur ;
  • une deuxième journée de partage des textes produits, d’approfondissement à partir de ces écrits et de finalisation des textes (organisée au cours de l’année 2012-2013).

Cette première journée s’appuiera largement sur des travaux en sous-groupes cadrés et s’articulera autour des points suivants :

  • Présentation de la formation et de ses objectifs.
  • Présentation de quelques jalons théoriques qui posent le cadre du travail proposé :
    • territoire de l’écriture des pratiques,
    • rôle de l’écriture dans la constitution du savoir,
    • rôle du groupe est des interactions dans la construction de la pensée
    • question du point de vue et de la subjectivité
    • contrat de communication.
    • Questions/problèmes des participants.
    • Temps d’écriture à partir de propositions qui s’appuient, entre autres, sur La maladie de Sachs de Martin Winckler ; Le journal du dehors d’Annie Ernaux.
    • Propositions de travail pour la suite.

Un ouvrage de référence guidera cet atelier :

Mireille Cifali et Alain André, 2007, Ecrire l’expérience professionnelle : vers la reconnaissance des pratiques professionnelles, Paris : PUF.

Présentation de Georgia Makhlouf :

  •  Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication. Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Paris.
  • Auteur de plusieurs ouvrages, dont :
    • Les écouter écrire : entretiens et portraits d’écrivains, 2010 (Paris, François Bon/ www.publie.net)
    • Lire et se lire pour écrire : l’apport de l’atelier d’écriture. Revue Acanthe, FLSH de l’Université Saint Joseph de Beyrouth, volume 26/27.
    • Journaliste et correspondante à Paris de « L’Orient Littéraire », membre du comité de rédaction
    • Présidente et membre fondateur de « Kitabat », association libanaise pour le développement des ateliers d’écriture.
    • Animatrice régulière d’ateliers d’écriture
    • Enseignante universitaire.
    • Présidente de l’Association Les Ateliers d’écriture E.Bing durant deux ans.

 

Print Friendly